SFAC, en visio, vendredi 2 avril 2021

Le vendredi 2 avril, à 17h30, nous entendrons une conférence sur le complexe cultuel antique de Saint-Martin-au-Val et l’état de la recherche sur la découverte exceptionnelle d’un plafond suspendu en bois décoré (Chartres, Eure-et-Loir), par Bruno Bazin (responsable d’opération, direction de l’archéologie de Chartres Métropole, associé à l’UMR 8546, AOrOc, ENS/CNRS) et Emmanuel Bouilly (archéologue, Chargé de l’étude des bois, direction de l’archéologie de Chartres Métropole).

Cliquer ici pour nous retrouver :

ID de réunion : 987 1927 9169

La réalisation de plusieurs opérations archéologiques sur le quartier Saint-Brice, au sud de la ville de Chartres, entre 1995 et 2006 a permis d’identifier un grand complexe cultuel d’époque antique. Les lieux de culte d’une telle grandeur et d’une telle qualité architecturale restent rares pour le nord de la Gaule. En 2011, un programme de recherche est donc mis en œuvre par la direction de l’archéologie, financé conjointement par la ville et le ministère de la Culture.
Ces recherches revêtent une importance à double titre : elles permettent, d’une part, d’enrichir la connaissance générale sur les pratiques religieuses et sur l’ordonnancement architectural de ces grands ensembles cultuels localisés en périphérie immédiate de villes antiques ; elles contribuent, d’autre part, à la compréhension des interactions qui peuvent exister, au travers de ce sanctuaire, entre la capitale de cité et son territoire.
À l’issue des deux premiers programmes triennaux de fouilles, les données récoltées ont fait progresser de façon significative la restitution de cet espace religieux majeur pour la cité d’Autricum comprenant divers édifices de culte.
Depuis 2019, le nouveau programme triennal de recherche se concentre sur un bâtiment en contrebas du temple d’Apollon dont le bassin contient les vestiges de pièces de bois dans un état de conservation exceptionnel. Ces pièces de bois, constitutives de caissons aux formes géométriques complexes et aux décors multiples, appréhendées partiellement pour la première fois lors de la campagne de 2016, sont l’illustration concrète et inédite de plafonds décorés, souvent représentés dans les peintures romaines ou cités dans les ouvrages antiques comme celui de Vitruve, mais très rarement observés en contexte. La seule comparaison qui soit connue à ce jour se situe en Italie à Herculanum, dans la maison au relief de Telephus.

Cette communication se propose de présenter dans sa globalité les différents bâtiments et aménagements qui constituent ce complexe monumental antique du nord de la Gaule.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.